Messageries 2009 : Quels scénarios retenir pour une messagerie optimale ?


Logo Exchange 2010Voilà, c’est les vacances… Et chez Orentis, l’été sera studieux car nous peaufinons notre offre messagerie que nous aurons le plaisir de vous faire découvrir dès la rentrée. Elle revient à vous proposer les expériences acquises en Novembre 2008, avec la disponibilité d’Exchange Online, et d’Exchange Server 2010 sur lequel nous avons été formé en Février dernier et sur lequel nous travaillons en pré-production depuis Mai.

L’article ci-dessous est découpé en deux parties. La première partie consiste en l’analyse des solutions telles que l’éditeur Microsoft les propose. La seconde présente l’offre de services sur le thème de la messagerie d’entreprise, telle qu’Orentis la conçoit.

1ère partie – Analyse des solutions de l’éditeur


Windows Small Business Server et Essential Business Server – Pour primo-accédants uniquement

Windows SBS/EBS 2008 est malheureusement limité en nombre d’utilisateurs (par exemple, SBS: 75 utilisateurs), et s’il comprend bien Exchange, le produit correspond à des sociétés qui démarrent ou qui migrent d’un environnement hétérogène vers l’offre produit Microsoft. De ce point de vue, il dispose d’une couverture fonctionnelle plus large que la simple messagerie, avec quelques contraintes de disponibilité et de flexibilité, compensées par un prix très attractifs pour des primo-accédants : http://www.microsoft.com/france/serveur/windowsserver/small-business-server/prodinfo/systemreqs.mspx. Cette offre étant souvent associée à une offre matérielle, elle sera le plus souvent proposée directement par un revendeur hardware.

Le facteur clé : Déterminer le niveau de disponibilité

Dès qu’on commence à examiner les besoins d’une messagerie, l’une des discussions les plus critiques est celle de la disponibilité du service. Or, la continuité de services que vous souhaitez dépend des choix que vous allez négocier avec votre direction (temps d’interruption max, perte de données autorisée, temps de recouvrement du service, temps de recouvrement de la donnée, temps maximum de la conservation de la donnée). Nous avions publié un article il y a quelques mois dans Exchange Magazine sur ce sujet. En fonction des réponses que vous aurez statué avec votre direction et avec les usagers de votre service de messagerie, vous pouvez aussi vous retrouver avec plusieurs scénarios fonctions/coût à étudier ainsi qu’une grille de tarif correspondant à chaque niveau de service. Sachez que le moindre gain en termes de services se traduit généralement par un investissement supérieur. A un moment, cela devient tellement important qu’il n’est plus rationnel par rapport à la « valeur intrinsèque » du contenu de la boîte aux lettres.

Le standard : Microsoft Exchange Server 2010 (Microsoft Exchange On-Premise ou en entreprise)

Si Exchange Server 2003 avait de nombreuses difficultés à assurer une continuité absolue du service, c’est un sujet qui a été fortement travaillé dans les versions suivantes. Ainsi, Exchange Server 2007 vous demandera de 2 à 18 serveurs pour assurer une couverture totale de la messagerie unifiée (tout dépendra des valeurs que vous aurez négocié et des services que vous hébergerez : Push Mail, Voice, Archivage, RPC over HTTP, etc.). Certes, le LCR (Local Continuous Replication) d’Exchange Server 2007 par exemple, est un niveau minimum de disponibilité, mais ne couvre que les problèmes technique de disque (crash disque ou erreur d’écriture). D’ailleurs, le LCR disparaît dans les versions ultérieures pour être remplacée par la réplication entre plusieurs serveurs (le DAG ou Database Availabiity Group).

Ce sujet a été donc de nouveau fortement travaillé dans Exchange Server 2010, afin que la disponibilité continue puisse être réalisée sur un nombre de serveurs réduits (3 seront suffisant pour la majorité des services). Ceci est rendu possible par quelques changements structurels du noyau d’Exchange.

En résumé, si vous êtes capable d’expliquer avec précision le degré de disponibilité de votre plateforme, 3 serveurs est un bon compromis (Actif/Actif/Passif pour Exchange 2007, un DAG de trois serveurs pour Exchange 2010). A nombre de serveurs équivalents, Exchange Server 2010 vous apportera une meilleure couverture fonctionnelle qu’Exchange Server 2007. Le problème principal restant que trois serveurs x64 (avec une bonne quantité de mémoire) + le support + la gestion des serveurs pour un nombre restreint de boîtes aux lettres demande une certaine réflexion vis à vis du coût de la solution.

Si on en revient à des choses plus basiques (on descend en termes de disponibilité continue), dans ce cas, une solution constituée d’un seul serveur (ou de deux serveurs en CCR – Cluster Continuous Replication) accompagnée d’une solution de sauvegarde disque à disque est une architecture plus que correcte => A condition de ne pas avoir des services complémentaires à protéger (par exemple, un serveur RIM BlackBerry ou une intégration Voix/Messagerie) et de limiter au maximum les temps de coupure.

PS: Soyez attentif aux solutions de sauvegarde et de restauration. Beaucoup ne fonctionnent qu’avec la base « active » et pas avec ses réplicas (ce qui est un peu restrictif pour des questions de performances et de sécurité).

Le cloud computing : Microsoft Online Services (Microsoft Exchange On-Line)

C’est pour ces raisons que Microsoft commercialise depuis Novembre 2008 (aux USA) et depuis Avril 2009 en France une solution appelée BPOS (Business Productivity Online Services), composée d’Exchange Online et d’autres produits qui permettent de disposer d’infrastructures hautement disponibles hébergées sur les centres de données en Irlande et à Amsterdam (pour la zone EMEA). En clair, vous n’avez plus besoin d’investissement – ni de CALs Exchange 2007 ou 2010, vous payez un coût mensualisé pour la gestion du Datacenter, et vous gérez l’administration de votre entreprise via un portail de type Web Access. Actuellement cette solution fonctionne sur Exchange Server 2007 SP2, mais elle sera mise à jour à la fin du premier semestre 2010 à Exchange Server 2010 et sans coût supplémentaire. En fait, au moment où Exchange 2010 sera disponible sur BPOS, il est prévu que ce soit vous qui déclenchiez la mise à jour (vous aurez un an pour le faire à la date de disponibilité).

Le modèle BPOS n’est pas contradictoire avec le fait de conserver dans votre société un serveur Exchange local et d’interconnecter gratuitement les deux pour tout ce qui peut être atypique en termes d’usage. Pour rester simple, votre organisation apparaît comme une seule entité, que vos boîtes soient « on-line » ou locales. Un service gratuit de Single Sign-on rend transparent la connexion à vos collaborateurs.

Le prix public pour Exchange Online est de 8,52€HT/mois/utilisateur (chaque utilisateur dispose de 5 Go théorique, mais vous les répartissez comme vous voulez entre les utilisateurs) Le prix public pour la suite BPOS (qui comprend Exchange, SharePoint, Live Meeting et Communications Server dans leurs versions online) est commercialisé à 12,78€. A ce prix, nombre de clients prennent la suite complète BPOS, plutôt que les services individuels. Note: BPOS peut être évalué gratuitement, le premier mois d’exploitation n’étant pas payant, mais limité en nombre d’utilisateurs.

2ème partie – Offre de services sur le thème de la messagerie d’entreprise

Afin de convenir à tous les types de scénarios d’entreprise, nous avons décliné notre offre de services sur trois composants clés : Exchange Server 2010 pour l’implémentation en entreprise, Orentis Online Services pour une version externalisée de votre messagerie d’entreprise, et Exchange Online Services pour une version SaaS (Software as a Service ou Software+Services chez Microsoft) de votre messagerie d’entreprise.Offre Messagerie

  • Microsoft Online Services (ou BPOS): Nous avons contractualisé depuis Mai 2009 avec Microsoft afin de pouvoir proposer à nos clients de migrer leurs lignes de services actuelles de messagerie, quelles soient internes ou hébergées ; vers les centres de données de Microsoft, afin d’améliorer la richesse fonctionnelle, la disponibilité continue tout en rationalisant le coût que peut représenter la maintenance d’une architecture interne avec une équipe Exchange opérationnelle. Cette solution intègre Exchange Online, mais peut être aussi proposée avec SharePoint, Communications Server et Live Meeting dans leurs versions Online.
  • Orentis Online Services (ou OOS) : Disposant d’une infrastructure de messagerie interne ainsi que des équipes opérationnelles, nous proposons aux entreprises de bénéficier de notre architecture mutualisée. Cette architecture comprend Exchange Server 2010 et Office Communications Server 2007 R2. Contrairement à une offre d’hébergement, le client reste propriétaire de ses licences. Toutefois, celui-ci n’a plus nécessité d’investir dans une architecture matérielle et dispose automatiquement d’équipes expérimentées pour la garantir la disponibilité du service et l’adaptation aux besoins spécifiques de l’entreprise, ce qui permet d’avoir une tarification très compétitive (à partir de 4€ HT/mois/utilisateur). Le schéma ci-contre représente la vue de notre système de messagerie mutualisée.
  • Microsoft Exchange Server 2010 (en local dans votre entreprise) : Outre le fait que le déploiement de notre infrastructure de messagerie sous Exchange Server 2010 a permis aux consultants de disposer d’une véritable expérience technique que nous mettons à la disposition de nos clients allant étudier la migration vers cette version, nous avons également développé des ateliers de formation accélérés afin de former vos équipes opérationnelles. D’une durée de 4 jours, il permettra à vos consultants et administrateurs de travailler sur les nouveautés apportées par Exchange Server 2010.Architecture OOS


Trois composants pour une offre, n’est-ce pas trop compliqué ?

C’est une question que l’on pourrait légitimement se poser, mais dans les faits, chaque composant apporte une réponse adaptée en fonction des critères de décision que nous avons isolé dans le diagramme ci-contre : la taille de votre entreprise, la flexibilité de la capacité de stockage, les coûts d’investissement et les coûts d’exploitation, la capacité à personnaliser la solution, et enfin la couverture du support technique aux utilisateurs et aux administrateurs de la solution, et on pourrait par contre-pied plutôt s’interroger sur les sociétés de services ne proposant qu’un service unique censé s’adapter à toutes les situations économiques.

De plus, ces offres peuvent être croisées au sein d’une même organisation, comme l’explique le tableau ci-après. En effet, jusqu’à présent, si la structure du système de messagerie avait peu évolué, elle est souvent un point de blocage vis-à-vis des structures organisationnelles de votre entreprise :

  • Offrir de plus grandes capacités (par exemple pour les messages vocaux ou pour l’archivage) à vos populations VIP ou stocker sur le long terme des données stratégiques ou confidentielles, en privilégiant l’espace de stockage interne à ces usages et en rationalisant les autres populations sous forme d’un coût mensualisé,
  • Fournir à vos filiales une messagerie avec des coûts maitrisés tout en partageant les données centralisées, comme le carnet d’adresse, les plages de disponibilité ou le nom de votre domaine de messagerie,
  • Fournir un service hautement disponible à certains de vos utilisateurs sans augmenter le coût de votre messagerie de manière disproportionnée,
  • Fournir à vos équipes non permanentes des boîtes aux lettres sans que cette charge supplémentaire ne vienne grever les performances de votre/vos serveur(s) de messagerie,
  • Fournir un service de support 24×7 sans contrainte pour votre entreprise et vos administrateurs
  • Etc.Comparatif Offres

En conclusion

Comme vous voyez, la décision de migration vers l’environnement Exchange Server 2010 doit faire si possible l’objet d’une réflexion préliminaire sur les objectifs à atteindre, ce qui peut se traduire par des avantages immédiats sur votre organisation et la flexibilité de votre entreprise à s’adapter aux conditions économiques actuelles. Les solutions existent et sont prêtes à servir votre entreprise pour améliorer sa productivité. Pourquoi ne pas se rencontrer pour en discuter ?

A propos Alban Caouren

Responsable du développement de l’entité PME chez Orentis, je suis consultant en système d'information.
Cet article, publié dans Stratégies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.