Et demain: un processeur Atom dans votre PC ?


acer-aspire-one-aod150-1bk_enlLes ordinateurs à base de processeur Atom mettront peut-être à bas l’industrie des ordinateurs portables telle qu’on la conçoit aujourd’hui. En tout cas, depuis trois semaines, j’ai succombé au charme de cet outil, qui se situe entre mon iPhone et mon portable. Mon choix s’est porté sur un modèle Acer Aspire One (à peine un peu plus d’un kilo), reconfiguré avec Windows 7 et Office 2010. Ainsi, lors de mes déplacements, il s’est imposé comme mon premier outil de productivité, essentiellement pour l’accès à ma messagerie, la prise de note en réunion (avec Microsoft OneNote), le suivi de mes équipes et de la relation clientèle via Internet, et les services de cloud computing. L’ensemble de mes documents reste synchronisé avec mon poste de travail classique, via Live Mesh, me permettant même de prendre la main sur celui-ci lorsque j’ai à opérer des travaux plus consommateur en ressources.

Là où les ordinateurs portables dépassent désormais en volume de vente les ordinateurs fixes, et où les ventes de netbooks équipés de clés Internet haut débit s’envolent; là où le marché traditionnel stagne ou même décroît, avec l’arrivée de nouveaux services en ligne (Amazon, Microsoft, Google) permettant de basculer les traitements lourds sur des datacenters en nuage, on peut désormais avoir un poste de travail bureautique pour un coût maîtrisé (Environ 25$ par mois).

Le modèle traditionnel a déjà sans doute atteint ses limites pour l’informatique mobile : A bien y réfléchir, quels sont les choix qu’offriront les constructeurs ? Passage au 64 bits sur les postes de travail, ou quadri-cœurs ? Pour quelle consommation électrique et dissipation thermique ? Je doute que ce soit vraiment la voie et que ces propositions séduisent les marchés, à quelques rares segments pour disposer de hautes performances graphiques, de calcul lourds, des besoins locaux de virtualisation, ou de traitement de fichiers locaux (pour lesquels les processeurs i7 d’Intel seront adaptés).

La question à se poser ne commence sans doute déjà plus par « Si… » mais par « Quand… »

Advertisements

A propos Laurent Crepin

Depuis 2003 Fondateur dirigeant d'ORENTIS. De 2000 à 2002 Associé et Directeur générale d'une SSII parisienne spécialisée dans l'intégration réseaux. De 1996 à 2000 DATATEC Directeur Organisationnel (www.datatec.co.za),+ 5 milliards $ de C.A, 3 000 personnes, SSII spécialisée dans l’intégration de réseaux auprès des grands comptes. De 1989 à 1996 E.D.S. (ELECTRONIC DATA SYSTEMS) Ingenieur Systeme pour des missions en France, Angleterre, Allemagne et Etats Unis.
Cet article, publié dans Stratégies, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.